Des « vacances » à New York!

Parce que Marie et Pierre ne sont pas tous les jours en visite, parce qu’ils n’étaient là que pour quelques jours, parce que ça m’empêchait de me morfondre sur Skype en attendant le retour de Guillaume, parce que ce sont mes premières vacances scolaires ici, parce que ici c’est New York, nous avions des MILLIERS de choses à faire!

Je résume donc, sinon j’en ai pour une semaine de détails interminables: une longue ballade à Central Park, qui s’est fait une beauté pour l’automne… C’est un endroit vraiment magique.

Une promenade de l’Est à l’Ouest d’Harlem pour visiter l’Université de Columbia – et pour jeter un coup d’œil à une boutique d’équipement pour les étudiants, où Marie m’a offert un grille-pain (essentiel pour mes bagels, a-t-elle insisté) et plein d’ustensiles de cuisine. Je pourrai faire plein de gâteaux, en obliger mes collègues à en manger à longueur de temps, ça me manquait!

Nous avons aussi pu sortir le soir – ce ne sont pas les choses à faire qui manquent… Théâtre d’improvisation (je ne suis pas certaine d’avoir tout compris, mais c’était vraiment drôle!) Concert – Dear Hunter, extraordinaire, mais qui a littéralement mis le feu à la scène avant le début du concert (alarme, pompiers, Casey qui entre sur scène et chope le premier type venu dans le public en lui annonçant que « mettre le feu à une citrouille, ça ne se fait pas, mec. Very fucked up… » Bref, grosse ambiance^^. Et le jeudi soir, Pierre nous a invité dans un restaurant coréen: il faut avoir testé la « barbecue table » au moins une fois dans sa vie – mais si vous y allez, assurez-vous de n’avoir rien mangé depuis deux jours, sinon vous risquez d’avoir du mal à goûter à tout! Bref, c’était très copieux, et surtout délicieux… Merci Pierre!

Nous sommes retournés, Marie, Chips et moi, faire un petit tour ensoleillé à Roosevelt Island. C’est toujours aussi extraordinaire, Chips a pu prendre le téléphérique dans son petit sac rouge, et, si le futur boulot de Guillaume nous le permet, nous adorerions définitivement habiter là-bas (même si, ne vous y trompez pas, j’adore East Harlem et mon appartement… Mais on a le droit de rêver au luxe, n’est-ce pas?)

En parlant de luxe, Marie et moi avons fait une petite visite au Guggenheim. Après avoir attendu et attendu un méchant bus qui ne se décidait pas à arriver, nous sommes entrées dans une file d’attente que nous avons d’abord crue interminable. Mais en fait nous avons avancé très vite, avons payé sans honte quelques dollars pour entrer (c’était « pay as you wish », alors zut hein) et sommes restées perplexes devant l’expo temporaire, finement intitulée « Alberto Burri, the trauma of painting ». Entre deux fous rires, nous avons bien dû admettre qu’en effet, les oeuvres de Burri visaient bien à traumatiser le spectateur. Heureusement qu’un peu de Kandinsky nous a mis du baume au cœur.

Il y a eu de l’action aussi au match de Hockey auquel nous avons assisté dans le New-Jersey. En bonnes Manhattan Girls, Marie et moi avons pesté pendant tout le trajet pour rejoindre Pierre – nous nous sommes traînées pendant un bon moment, le temps nous a semblé très long, alors que le trajet vers le fin fond du Queens nous avait au contraire paru très rapide! En tout cas ça valait la peine, parce que le show est très impressionnant, même si il faut s’attendre à de la bagarre sur le glace et dans les gradins… J’ai essayé de comprendre les règles en lisant les différentes versions sur wikipedia, mais je ne suis pas bien sûre d’avoir tout saisi^^

Côté shopping, nous n’avons pas chômé non plus! Nous avons trouvé, dans un super centre commercial du Queens, un manteau très très chaud pour affronter l’hiver, plusieurs petites robes, et j’ai aussi acheté des bottines fourrées. Je suis prévoyante, nous verrons quand l’hiver arrivera si j’en aurai vraiment besoin! (mais visiblement, les experts confirment que… oui.)

Je vous épargne les aventures de Chips, resté sur le paillasson de l’entrée les trois premiers jours à attendre que Guillaume revienne, puis bien gâté – tantine lui a offert un coyote qui fait squeeek et qu’il a massacré en quelques jours, maman n’a pas eu le courage de le repousser toute la nuit du lit où il insistait pour monter (« tu te sens seule, maman, laisse-moi te réchauffer » – « non Chips, tu pues et tu ronfles, et tu n’es pas le Monsieur » – « pas grave, j’attendrai deux heures du matin et tu me retrouveras endormi sur tes pieds… »), il a passé une nuit chez Stephany, notre pet-sitter, à essayer de grimper sur sa copine Luca… Bref, un Chips heureux, mais inquiet de voir tout le monde partir. Il me suit à la trace dans l’appartement, j’espère qu’il comprendra ce qui se passe lorsque je retournerai au travail.

Je vous passe les petits-déjeuner pancakes/bacon juste derrière chez nous, Brooklyn sous la pluie, la recherche d’un aspirateur, les gens au dog run, les types qui proposent à Marie une double date, ou qui nous appellent « white girls » parce qu’ils ne regardent qu’elle, les comics, les baskets et les vinyls de Pierre, les énormes cupcakes de la crèche de Columbia, notre super mani-pedi avec musique classique et affiche de soutien à Donald Trump en arrière-plan, le mini-Cerfie de décoration que j’ai déniché à Harlem, et le nouveau jouet de Chips qui a tenu moins d’une heure pendant que je parlais à mon pov’petit frère atterré sur skype. Et je vous embrasse tous, fort… Souhaitez-moi bon courage pour ma première rentrée toute seule!

4 réflexions au sujet de « Des « vacances » à New York! »

  1. Bonne rentrée, Elise ! Je suis sûre que tu t’en es très bien sortie. Bon courage pour ces 7 semaines
    À très vite sur Skype. Gros bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.