Du rififi au paradis!

Bon, pour la première fois depuis notre arrivée, je trouve un peu compliquée notre situation actuelle, et j’ai peur que tout ne se passe pas avec la fluide aisance à laquelle on m’avait habituée dans ce pays…

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir bien sagement suivi toutes les règles – sans oublier au passage, bien sûr, de se faire plaisir.

On voit la statue de la liberté!
On voit la statue de la liberté!

Vendredi, tout d’abord, nous avons effectué un très sérieux et très organisé repérage au Ikea de Brooklyn. Et c’était génial: nous avons à présent une longue liste d’objets et de meubles, tous plus utiles et nécessaires les uns que les autres, qui nous attend bien sagement sur le site internet. Nous avons bien ri des autres clients: beaucoup, beaucoup de Français, dont une majorité de jeunes… accompagnés de papa/maman, très investis dans le choix des futurs meubles de fifils – « ah mais non, Jean, tu ne peux me dire que tu veux cette table basse. C’est une hooooreur! » « tiens, tiens, viens essayer le canapé; tu te souviens, quand tu étais petit tu sautais dessus tout le temps, en te prenant pour Zorro! » Nos parents, à nous, savent se tenir mieux que ça! Et nous avons pu, dans le restaurant, coller notre nez sur l’énorme baie vitrée qui donnait directement sur… la statue de la liberté! Rien d’étonnant, nous direz-vous, de l’apercevoir au sud de Brooklyn, mais nous nous étions ravis! Bien sûr, nous irons la voir en vrai dès que possible! Enfin, breaking news: Guillaume a reconnu, test à l’appui, que le tout petit canapé Ikea n’était pas vivable (ni pour nous, ni pour nos futurs invités). Donc la chasse au sofa bed est relancée!

Les fameuses boulettes frites, qui n'ont pas le même goût qu'en France!
Les fameuses boulettes frites, qui n’ont pas le même goût qu’en France!

Quant à samedi, par exemple, petite expédition à Soho, où nous n’aurions pas pu être mieux accueillis; en sortant du métro, nous sommes tombés nez à nez avec un cours de… je ne sais pas trop, quelque chose qui se danse, en plein air.

danse dans la rue à soho
danse dans la rue à soho

Tout le monde s’était arrêté pour danser aussi, et voilà toute la rue qui se trémousse sur Bootylicious des Destiny’s Child. Donc forcément, spéciale dédicace à Harmony, parce que pendant tout le temps que j’essayais misérablement de comprendre si je devais lever le bras droit ou le gauche, je l’imaginais au premier rang, le rythme dans la peau, en train d’en mettre plein la vue au beau professeur black (d’ailleurs, autre dédicace à Anne-Laure: ça ne se voit peut-être pas sur la vidéo, mais moi qui étais sur place, je peux te dire que ce prof ressemblait curieusement à Tan!)

Enfin, nous nous sommes bien amusés! Ce quartier est adorable, ça valait la ballade sous ce beau soleil.

Et puis nous avons encore mangé de très bonnes choses, entre salades à composer soi-même, pizza, sushis, carrot cake, peaches pancakes recouverts de sirop d’érable (pour l’anecdote, les pancakes m’ont servi de brunch dans le meilleur dinner du coin, recommandé par Nora comme un délicieux restaurant végétarien dans le quartier. Guillaume s’y rend donc à contre-coeur, parce que, je cite « depuis qu’on est ici on ne mange que bio et vegan – je veux de la viande, ou qu’on me rembourse! »

burgerMais bien lui en a pris de céder à mon caprice, car les New-Yorkais ne sont pas à une contradiction près: le fameux resto végétarien est aussi très réputé pour ces… steaks 100% bœuf! Et je peux vous dire qu’à voir la tête du hamburger rare, on se sentait carnivore jusqu’au bout des dents!) Enfin la vie était belle!

Sauf qu’aujourd’hui, nous aurions dû faire un pas important concernant la location de l’appartement de Madison Avenue: normalement, nous rencontrions les membres du CA de l’immeuble, et, suite à l’approbation officielle de notre dossier (qui, nous ont affirmé Heather, Deborah et Liz, ne peut manquer de découler naturellement de cet entretien), nous devions avoir les clefs dans la foulée. Ce qui aurait été parfait, parce que nous déclenchions du même coup l’arrivée de nos valises toujours stockées chez Bagages du Monde et une vague d’achats mercenaires chez Ikea, Target, AptDeco et j’en passe – et nous étions parés pour mes premiers jours de rentrée…

Sauf que… message de Deborah à 14h, nous expliquant que malheureusement les membres du board n’étaient pas assez nombreux pour tenir la séance, ce qui reportait la réunion. Du coup, panique à bord de mon côté: on veut nous cacher la vérité, on n’a pas l’appartement et ils ne savent pas comment le dire, c’est affreux, parce que nous serons sous les ponts dans moins de deux semaines, et qu’est-ce qu’on va faire?.. Pendant ce temps, Guillaume tapait tranquillement un message de réponse, dans lequel il demandait gentiment s’il ne serait pas plus approprié de continuer les visites, puisque nous ne pouvions pas nous permettre d’attendre encore dix jours avant d’avoir une réponse.

Visiblement, il avait touché là le point sensible; dans la minute, Deborah répondait que, non, ce n’était pas nécessaire, elle s’engageait personnellement à ce que nous ayons l’appart, et dans les meilleurs délais. Elle n’avait pas compris que nous étions très pressés (c’est vrai que nous avions expliqué que nous avions encore des démarches à effectuer avant de pouvoir réellement accéder à la location, mais depuis la semaine dernière, nous avons un compte américain, que nous avons approvisionné à l’avance par un virement de mon compte français, j’ai reçu mon SSN, bref, nous sommes un très bon couple d’alien pouvant prétendre à la location!) Donc nous sommes prêts!

Quelques minutes plus tard, Liz, la broker amie d’Heather, nous appelle directement; nous voulons un autre appartement? Mais non, on tient vraiment à celui-ci, mais on commence à s’inquiéter des délais. Alors pas d’inquiétude à avoir, le board n’est qu’une formalité, mais une formalité nécessaire pour pouvoir remettre les clefs légalement; la plupart des propriétaires étant en vacances, ils ont tenté en vain d’en réunir suffisamment pour tenir la réunion – bien sûr Heather ne pouvant être juge et parti, elle ne pouvait siéger à ce conseil. Mais ce sera fait au plus vite, surtout maintenant que nous savons que vous êtes pressés…

Donc a priori, lui ayant expliqué que nous devions confirmer une adresse pour jeudi à Bagages du Monde, elle doit revenir vers nous avant jeudi, pour régulariser le plus vite possible la situation. Alors on garde les doigts croisés, on fait une petite prière à Saint Plaza, patron des agents immobiliers, et on attend de bonnes nouvelles!

2 thoughts on “Du rififi au paradis!”

  1. Et bien !!
    Que d’aventures encore !! C’est super que vous ayez trouvé quasiment tous les meubles et la déco !! Reste plus qu’à avoir l’appart… J’espère que tout va très vite se décoincer, qu’ils vont tenir leur réunion et que vous aurez les clés d’ici jeudi… aujourd’hui donc !!!
    Génial ce cours de sport dans la rue !! En effet, je me serais éclatée !! Bon, je ne suis pas sûre que j’aurais été au premier rang et tout et tout, mais on aurait passé un super moment de dancing ! Décidemment, elle en réserve des suprises cette ville !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.