En trois jours à New York…

Découvrir le quartier de Greenpoint

Ce quartier de Brooklyn à New York est donc le premier endroit où nous avons atterri. Nora et Jac, propriétaires de l’appartement sur Diamond Street, sont vraiment adorables virtuellement mais… nous ne les avons toujours pas rencontrés! Nous sommes entrés en contact par Airbnb en avril, et ils ont tout de suite accepté que nous débarquions pour un mois, avec Chips et bagages, en insistant pour que nous fassions « comme chez nous ». Donc, en arrivant en pleine nuit il y a trois jours, nous avons récupéré les clefs dans un petit coffre-fort dont ils nous avaient envoyé le code quelques jours auparavant. Sur la table de la cuisine étaient déposés un petit mot, du chocolat et de la bière pour nous remonter le moral du voyage…

Le lendemain, nous avons reçu un gentil message nous expliquant qu’ils étaient actuellement en voyage, mais revenaient jeudi et ne manqueraient pas de nous faire un petit coucou. Autant vous dire que nous avons hâte de les voir, parce qu’à voir leur appartement, ils doivent être hauts en couleur!

Notre appartement

 

L'appartement à Greenpoint, Brooklyn
Elise devant l’appartement à Greenpoint, Brooklyn

Tout ici, de la couleur des murs jusqu’aux poignées des tiroirs, est original et adorable (je ne suis pas certaine que Guillaume dirait « adorable », mais j’avoue avoir consciencieusement évité toute confrontation au sujet de nos vues esthétiques quant à la décoration de l’habitat – comme ça, un jour, il se réveillera dans notre belle maison et… tadaaaaaaaaaam!

 

Jardin appartement Greenpoint, Brooklyn
Elise au petit-déjeuner, dans le jardin de l’appartement à Greenpoint

J’aurais changé toutes les poignées de porte en mini-figurines de tigres, suspendu un éléphant en plastique au mur et repeint l’intégralité du plafond en turquoise (ou pas, pour ce dernier point, parce que vu comment ma Marie en bave pour repeindre le sien, je ne me sens pas le courage…) Enfin vous comprenez le plan machiavélique.

Le quartier

Le quartier en lui-même est aussi génial, et très, très bobo (selon nos critères): tout le monde met des plantes partout, du trottoir aux fenêtres; tout ne semble être que fouillis mais est au fond très propre et très organisé; tout le monde a un chien (si, si, Chips s’est déjà fait plein de copains au dog-run, un parc spécialement destiné à lâcher les fauves et à les regarder se piquer le bâton), et au moins un tatouage, très étudié.

Et tout le monde est souriant et poli, même à la laundry, qui va bientôt devenir mon endroit préféré de New York (il fait frais, ça sent bon, et je peux regarder tout le monde sans me gêner.)

Greenpoint, BrooklynMais ça, il paraît que c’est surtout leur côté polonais. Parce que, pour la petite histoire, c’est ici que les émigrés polonais se sont rassemblés massivement au début du XXème, constituant la Little Poland, comme on la surnomme aujourd’hui; on raconte même qu’un certain Karol Józef Wojtyła aurait officié à l’église juste au bout de notre rue. Bref, c’est adorable en tout point.

Découvrir Roosevelt Island

Pont reliant Brooklyn à Long Island
Sur le pont reliant Brooklyn à Long Island
Chips sur le pont entre Brooklyn et Long Island
Chips se régale à New York!

 

 

 

 

Dès le lundi, nous sommes partis en expédition, à pied: nous avons tout d’abord traversé le pont reliant Brooklyn à Long Island, puis nous nous sommes promenés dans le Queens avant de traverser un autre pont pour rejoindre Roosevelt Island. Autant dire que nous avons bien marché!

Et nous avons adoré. Il faisait très beau et très chaud, Chips était ravi de la ballade, il y a des hamacs et des coins de verdure un peu partout, on entend de loin le bruit du trafic de Manhattan mais pas trop… Bref, en déjeunant sur la promenade qui fait tout le tour de l’île (longue et très peu large), on s’est dit que ce serait sympa d’habiter ici – tout en gardant à l’esprit n’importe quelle autre possibilité, bien sûr!

 

 

Chips a particulièrement adoré les squirrels, même si par « adorer » je veux dire: est devenu frénétique, s’est tortillé dans tous les sens en poussant tout d’abord des petits cris aigus, puis a perdu toute dignité en s’arrachant les cordes vocales et en tentant de nous arracher le bras pour « le tuer, le tuer, faut vraiment l’attraper et le tuer, ggggggggnnnnnnnnnnnnnn! ». Lorsque, enfin calmé, il s’est aperçu qu’il y en avait encore plein d’autres, il a fallu le traîner devant le starbucks pour l’obliger à reprendre ses esprits.

En bref, si vous êtes de passage à New York (quand moi je n’y suis pas bien sûr, sinon je vous le dirai en personne) et que vous avez envie de faire une pause-tranquillité pour la journée, n’hésitez pas: prenez le téléphérique, et venez pique-niquer à Roosevelt Island!

Découvrir Manhattan

manhattan
Découverte de Manhattan, à la sortie du métro, sous 30°

Cette partie-ci a été moins agréable: le centre de Manhattan, à midi et en pleine chaleur, lorsqu’on ne connaît pas et qu’on a un chien qui n’arrive pas à la taille du genou d’un être humain normalement constitué, nous a paru un peu oppressant. Mais je suis certaine que nous adorerons, plus tard, et par une température plus raisonnable (ou en hiver, j’ai hâte de voir l’hiver!), nous promener dans les rues les plus palpitantes de la ville…

En tout cas, nous avons été jeté un coup d’œil au Lyceum! Sur la 43ème rue, tout discrètement niché dans un étroit building dont la façade est en rénovation, se trouve toute la partie administrative – le campus est juste derrière, sur la 2de avenue. J’ai hâte de pouvoir vous en dire plus dès ma pré-rentrée du 24 août!

Visite d'appartements
Visite d’appartements

Puis nous avons été faire un tour dans Harlem, pour visiter des appartements. Certains endroits ne nous ont pas vraiment plu (si on ne se sent pas à l’aise en pleine journée, sous un beau soleil, alors que nous sommes tous les deux, autant dire que promener Chips seule une fois la nuit tombée ne doit pas être une expérience très agréable!), mais d’autres nous ont vraiment enthousiasmés (enfin surtout un, mais nous y reviendrons dès que nous en saurons plus…)

Les démarches

Nous avons aussi abattu pas mal de boulot au niveau des démarches pour régulariser notre venue: tout d’abord, contacter aussitôt mon organisme de Visa, Cordell Hull, qui a donc validé mon nom dans la base de données SEVIS: je suis donc une « legal alien » (sans rire, c’est écrit comme ça) « authorized to work ».

Donc super, je suis officiellement autorisée à bosser sur le sol américain. Sauf que pour toucher l’argent qui vient avec, il faudrait que je trouve un appartement, que j’ouvre un compte en banque… et pour ça, il me faut mon n° de sécurité sociale local, le SSN.

Nous voilà donc, à 9h du matin, dans un super cyber café de Williamsburg où trône une peluche de husky grandeur nature, et où le propriétaire est tellement gentil (ou flemmard, au choix) qu’il te demande de compter toi-même tes impressions parce que là, vraiment, il y a en beaucoup… Nous avons donc imprimé le dossier, rempli toute la paperasse dans le métro, et sommes arrivés au sud ouest de Brooklyn où nous avons trouvé l’US Social Security Administration.

Là, il faut avoir les nerfs solides: non pas que ça traîne en longueur comme dans les administrations françaises, mais au contraire parce que tout va très vite. Les vigiles fouillent nos sacs, tout en nous interrogeant sur notre situation; puis ils nous donnent un numéro, et c’est là que le jeu commence: chaque comptoir (et il y en a 30 dans la même pièce!) braille au micro le numéro de l’heureux chanceux qui doit le rejoindre. Il y a vaguement un écran qui affiche certains chiffres, mais ceux ci ne veulent rien dire, puisqu’ils ne sont même pas liés au bureau qui les appelle.

Du coup, il faut être très réactifs: alors que nous étions déjà dans les starting blocks trois numéros avant le nôtre, nous l’avons quand même raté, car il a été prononcé exactement en même temps qu’un retardataire. Dès que nous avons nettement entendu le second call, nous nous sommes précipités au bureau 16, où une jolie latino parfaitement manucurée a pris les choses en main… Dix minutes plus tard, nous étions sur le trottoir, un peu étourdis, mais avec dans la main un  papier stipulant que nous avions bien fait la demande du fameux SSN, que celle-ci avait été dûment enregistrée, et qu’il nous parviendrait par courrier directement à Diamond Street d’ici 15 jours. Dès que nous l’aurons, nous crierons « Victoire!!! » et j’ouvrirai un compte en banque.

Nous sommes aussi les heureux propriétaires d’une carte illimitée de métro pour le mois (et avons découvert par là même que Chips pouvait s’y balader sans sac, enfin on le sortira si on nous menace d’une amende^^) et d’un nouveau numéro de téléphone!

Sur ces réjouissantes nouvelles, nous vous laissons pour aller tester les « meilleurs sandwichs du quartier », qui se trouvent être juste au coin de la rue… Promis, si c’est bon, nous vous en dirons des nouvelles^^

A très vite!

 

 

2 réflexions au sujet de « En trois jours à New York… »

  1. C’est comme dans la chanson, alors: « I’m an alien. I’m a legal alien. I’m a Frenchwoman in New York »
    So happy … You are happy ! Cà aussi, c’est une chanson 🙂

  2. Coucou !!! Et bien que d’aventures!! Je suis heureuse que tout se passe bien pour vous et que les démarches avancent aussi bien. Je t’envoie vite un mail avec des nouvelles de mon côté. Bisous!!!!!

Répondre à Claire Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.